Appel à contribution "Gestion politique du corps et des populations"

vendredi 28 novembre 2014
par  Secretaire 3slf
popularité : 45%

Appel à communication pour le 6ème Congrès de l’AFS

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
29 juin-2 juillet 2015

Réseau thématique 17 : Gestion politique du corps et des populations

Télécharger l’appel au format pdf


De la nature « quand même ». Pratiques de naturalisation et nouvelle centralité du biologique

Un débat récurrent en sciences sociales oppose constructivisme et naturalisme. Sous le poids d’enjeux politiques très actuels (la question du mariage pour tous, par exemple), il tend à se raviver aujourd’hui, et à radicaliser cette opposition.

Or, outre que cette dernière se voit négociée en permanence, l’observation des pratiques sociales nous apprend que son administration aujourd’hui sécrète, plus que jamais, une inventivité sociale considérable. Certains bénéficiaires des nouvelles biotechnologies par exemple, tout en faisant preuve aujourd’hui d’une grande hardiesse anthropologique par les libertés prises à l’égard du donné corporel et biologique, n’ont de cesse, au cœur même des filiations les plus artificielles et des innovations biomédicales les plus sophistiquées, de réintroduire, tel un supplément d’âme, de la nature « quand même ».

Le flot de l’histoire ne repassant jamais deux fois sous le même pont, on se refusera à parler de « retour ». Au regard de l’observateur attentif, entre naturalisme et constructivisme ordinaires, c’est un nouveau compromis idéologique et social qui se dessine, mais à travers des pratiques sociales concrètes (incitation à l’allaitement, à l’accouchement « naturel », à rapprocher parents et enfants « biologiques », à regarder les cadavres des proches…). Comment le décrire ? Quelle pourrait bien en être la genèse ? Quelles sont les scansions historiques qui accompagnent son avènement ? Que s’est-il donc passé, enfin, pour que certains agents sociaux (professionnels du soin physique ou psychique, militants, praticiens divers) président à cette réactivation-là de la « nature » ou, pour le moins, s’activent aujourd’hui à une réconciliation incessante avec elle ?

L’invocation de la « nature » a-t-elle par ailleurs le même sens selon les contextes historiques, sociaux, culturels ? Car elle semble implicitement aujourd’hui aussi bien le fait de la pensée conservatrice, de la mouvance écologiste, que d’une partie du féminisme… Bref elle s’avère idéologiquement polysémique. Quels sont donc au total les types de « naturalité » qui ont droit de cité dans nos sociétés occidentales contemporaines ? Ici tous les mots pour le dire seront évidemment importants. Du côté des signifiants : se réclame-t-on explicitement de la « nature », ou parle-t-on simplement de ne pas oublier le « corps » ? Et si oui, pourquoi ? Du côté des signifiés : ces opérations visent-elles à « naturaliser » au sens d’« essentialiser » ou au sens de (re)« donner de la chair » aux identités sociales ? Dans quelle mesure est véritablement convoqué le déterminisme biologique, aujourd’hui, et par qui ? Et dans quelles structures, épistémiques et idéologiques, de discours sont prises ces invocations, inégalement explicites, de la « nature » ? Bref, qui dit, et fait quoi, à cet égard, et depuis quand ? Ces questions classiques de l’histoire et de la sociologie doivent être fermement réintroduites ici pour rompre tant avec l’abstraction du débat « purement » épistémologique qu’avec les simplifications trop généralistes du débat politique.
Autant de questions à traiter, tant dans leur dimension historique que sociologique et anthropologique, à l’aide de données empiriques et d’enquêtes portant sur l’analyse de pratiques effectives.


Les propositions de communication (3000 signes maximum, espaces compris) présenteront l’objet de la recherche, le questionnement et la problématique, le terrain, les catégories et la méthodologie utilisée pour le recueil des données (ou à défaut, les corpus systématiques de sources si ce travail n’est pas lié à un terrain).

Les propositions comprendront les éléments suivants dans l’ordre d’apparition :

1. Nom, prénom du/des auteur-e-s
2. Fonction et institution de rattachement
3. Adresse mail
4. Titre de la communication
5. 5 mots clés
6. Proposition de communication (3000 signes maximum espaces compris)
7. Titre et résumé de la proposition (1500 signes espaces compris)

Les propositions doivent être adressées sous fichier word et rtf au plus tard pour le 5 janvier 2015 à :
Emmanuel Taieb : emmanuel.taieb[at]sciencespo-grenoble.fr
Gilles Raveneau : , gilles.raveneau[at]mae.u-paris10.fr

Les propositions seront sélectionnées en fonction de leur qualité scientifique et de l’originalité du matériau empirique mobilisé. Les réponses aux propositions reçues seront envoyées début février 2015. Les résumés (1500 signes) des propositions acceptées figureront dans le volume édité pour le congrès. C’est au moment de vous inscrire au congrès sur le site de l’AFS que vous devrez y déposer votre résumé afin qu’il figure dans le volume édité pour le congrès, cette responsabilité incombant donc aux auteurs.

Nous vous remercions de bien vouloir :

1. indiquer en objet de votre message : AFS-RT17 proposition congrès 2015

2. nommer votre fichier de la façon suivante : nom-congrès AFS 2015.doc


Documents joints

Appel rt17 Congres AFS 2015
Appel rt17 Congres AFS 2015

Brèves

18 novembre 2013 - L’européanisation des politiques sportives

L’européanisation des politiques sportives Séminaire international et interdisciplinaire (...)

13 novembre 2013 - Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014

Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014 Le football à l’épreuve du fait (...)