Anais DEAS (Thèse décembre 2017), Université d’Artois

dimanche 26 novembre 2017
par  Secretaire 3slf
popularité : 22%

« CINQ MAJEUR » OU « PARTENAIRE D’ENTRAINEMENT » ? SOCIOLOGIE DES CARRIERES DES BASKETTEUSES DE L’ELITE.

Le mercredi 6 décembre 2017 à 14 heures
À l’Université d’Artois – Site universitaire d’Arras – 9 rue du Temple – 62000 Arras
Salle des colloques – Maison de la recherche (Bâtiment I)

Atelier SHERPAS, Équipe 3 de l’URePSSS, EA 73.

Sous la direction de Williams Nuytens et la co-direction de Didier Demazière.

JURY :

- Williams Nuytens, Professeur, Université d’Artois, directeur,

- Didier Demazière, Directeur de recherche au CNRS, Sciences Po Paris, Centre de Sociologie des Organisations, co-directeur,

- Sébastien Fleuriel, Professeur, Université de Lille 1, rapporteur,

- Bastien Soulé, Professeur, Université de Lyon 1, rapporteur,

- Sabine Chavinier-Réla, Maîtresse de conférences, Université de Limoges,

- Oumaya Hidri Neys, Maîtresse de conférences, HDR, Université de Lille 2.


Résumé :
Emploi rémunéré pour certaines, activité non contractualisée pour d’autres, le travail sportif des basketteuses de haut-niveau est loin d’être homogène. Cette thèse se propose ainsi d’analyser les carrières des joueuses appartenant aux deux premières divisions nationales françaises, dans l’optique d’éclairer la manière dont elles s’édifient, se construisent, évoluent. S’agissant d’un univers très concurrentiel, hiérarchisé et incertain, nous avons cherché à savoir comment s’organise et fonctionne ce travail sportif, en dévoilant les mécanismes expliquant qu’une joueuse en arrive à y occuper telle ou telle position. Guidés par l’approche interactionniste des phénomènes sociaux, et soucieux d’étudier les carrières dans une démarche inductive, c’est en combinant plusieurs enquêtes de terrain (quantitatives et qualitatives) que nous avons pu dresser trois catégories de sportives en fonction des positions qu’elles occupent dans ce monde professionnel, à un moment donné de leur trajectoire : les « stars », les « installées » et les « autres ». Au delà de ces éléments de résultats, nous avons également tenté de nous questionner sur les méthodes d’enquête, en rendant compte de notre manière de travailler et d’avancer prudemment dans la récolte et l’analyse des matériaux produits. Enfin, cette enquête consacrée aux basketteuses de l’élite nous aura également permis de dégager quelques éléments destinés à entamer plus sereinement une prochaine enquête destinée à l’étude de ce marché du travail sportif : d’autres figures que les joueuses, telles que les agents, dirigeants des clubs et entraîneurs, pourront et devront alors mobiliser toute notre attention.

Mots clés : sociologie, basket féminin, carrières, haut-niveau, travail.


Brèves

18 novembre 2013 - L’européanisation des politiques sportives

L’européanisation des politiques sportives Séminaire international et interdisciplinaire (...)

13 novembre 2013 - Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014

Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014 Le football à l’épreuve du fait (...)