Les gestes professionnels des enseignants d’éducation physique et sportive (EPS) : faire et transmettre

mercredi 5 septembre 2018
par  Sandrine Knobé
popularité : 29%

Journée d’études - Université d’Artois, Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin

Mardi 16 octobre 2018 - 8h-17h15

Comité scientifique
Nathalie Jelen, Sarah Pochon, Williams Nuytens, Olivier Chovaux, Jean Bréhon, Stephan Mierzejewski
Comité d’organisation
SHERPAS, équipe 3 URePSSS, EA 7369
Contact
nathalie.jelen@univ-artois.fr


Présentation de la journée
Tout enseignant ou futur enseignant d’EPS peut être confronté un jour ou l’autre à des difficultés dans l’acte d’enseigner. Ces difficultés sont d’autant plus ressenties par les enseignants d’EPS exerçant dans des contextes d’enseignements qualifiés de « difficiles » (Vors & Gal-PetitFaux, 2008). Ils peuvent alors s’interroger sur l’efficacité de leurs gestes professionnels. Ces gestes professionnels reposent sur les actions menées par l’enseignant au cours de la séance. Elles prennent la forme d’actes de langage, d’actions gestuelles et fonctionnent en « configurations d’actions ». Ces actions relèvent à la fois du pilotage (ordre et conduite de la séance), du tissage (le lien entre les savoirs), de l’étayage (aide, démarche pour que l’élève comprenne et apprenne) et de l’atmosphère (le type d’interactions prof/élève) (Bucheton & Soulé, 2009). Existe-t-il des gestes professionnels « efficaces » ? Quels sont-ils ?
Est-il possible de les stabiliser et de les reproduire ? Est-il possible de les transmettre ? Voici les questions que se propose d’aborder la journée d’études.
La confrontation à un milieu didactique instable perturbe les gestes de l’enseignant. Il est alors amené à élaborer, négocier et remanier les contenus d’enseignement dans la classe. Mais cette activité aboutit souvent à un éclatement et une réduction des contenus transmis en classe (Kherroubi & Rochex, 2004) par une réélaboration des savoirs curriculaires et/ou une minoration des savoirs transmis en EPS (Poggi, 2007). Si les travaux de recherche montrent que les enseignants réussissent mieux dans les tâches d’organisation et de conception des dispositifs d’apprentissage, ces derniers rencontrent, malgré tout, des difficultés pour conduire, guider l’étude des élèves (réguler et gérer l’incertitude de la classe) et les faire progresser dans la situation. Ils éprouvent également des difficultés pour reconnaître dans les productions des élèves les comportements et les savoirs considérés comme légitimes. Comment alors les enseignants peuvent-ils gérer l’avancée des apprentissages au cours de la leçon tout en impliquant les élèves dans les processus individuels et collectifs de construction des savoirs ? Comment lire et interpréter les comportements des élèves pour favoriser les apprentissages ? Existe-t-il des facteurs qui favorisent ou non la stabilité des gestes professionnels ?
En croisant les récits d’expérience de professeurs d’EPS et les regards de chercheurs spécialistes de la question, la journée questionnera les gestes professionnels des enseignants d’EPS en situation pour avoir accès de manière concrète aux ajustements didactiques tout en interrogeant l’influence de certaines variables signifiantes sur ces gestes. Comment alors favoriser l’étude et la transmission de ces gestes dans les formations ?
Nous souhaitons inviter les chercheurs et les intervenants du champ de l’EPS, ainsi que les étudiants engagés dans la formation, à se rapprocher d’une posture réflexive et opératoire face à l’agir professionnel pour réfléchir ensemble aux conditions de réalisation de gestes professionnels efficaces.

Programme détaillé et modalités d’inscription dans le fichier joint.


Documents joints

sherpas_programme_je_gestes_pro_eps_2018

Brèves

18 novembre 2013 - L’européanisation des politiques sportives

L’européanisation des politiques sportives Séminaire international et interdisciplinaire (...)

13 novembre 2013 - Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014

Séminaire de recherche EHESS année universitaire 2013-2014 Le football à l’épreuve du fait (...)